UFC-Que Choisir constate que les banques contournent la loi LAGARDE… 2ième volet

Dans la conférence de presse du jeudi 29 août dernier, l’association de consommateur UFC-Que Choisir par la voix de son Président Alain BEZOT relançait le débat sur les assurances emprunteurs. Sur ce sujet, les pratiques bancaires ne permettent pas une libre concurrence entre les différents acteurs du marché au détriment des emprunteurs, d’après l’association.

 »Chantage »

En effet, il s’avère que les établissements de crédits mettent de plus en plus la pression sur leurs clients ou prospects futurs emprunteurs pour que ces derniers retiennent leurs propositions de financements, à la condition que l’assurance du crédit soit souscrite également dans leur établissement.

Ce  »chantage » au taux d’intérêt se confirme dans les résultats d’un appel à témoins réalisé par UFC-Que Choisir en juillet dernier sur 105 emprunteurs,  73% d’entre eux confirment avoir fait face à un chantage tarifaire.

La solution : un droit de résiliation annuelle

La solution requise par l’UFC-Que Choisir est une des mesures du projet de loi consommation porté par Benoit Hamon, à savoir la mise en oeuvre d’un droit de résiliation annuelle.

En effet, ce droit de résiliation permettrait donc de changer d’assurance de crédit facilement et ce en cours de prêt. Ceci inciterait donc les banques à proposer des assurances à des prix proches, et donc en général inférieurs, de ceux des assureurs, afin d’éviter que leurs clients changent d’assurances au bout d’un an de remboursement.

Mesure très simple et très efficace à première vue qui sera en discussion à partir du 10 septembre au Sénat.