Quelles solutions de financement pour les entreprises ?

stress

Destiné aux travailleurs indépendants, TPE et PME, le crédit professionnel répond à des besoins ponctuels en équipement, immobilier et trésorerie. A qui s’adresser pour trouver la bonne formule de prêt ? En bon intermédiaire, un courtier aura cette capacité à orienter et accompagner le demandeur vers le dispositif le plus adapté à son profil et à sa situation économique.

Il faut de l’argent frais pour créer et développer son entreprise. A ce titre, le banquier constitue un relais inévitable et un interlocuteur régulier auquel il est difficile d’échapper, à moins de solliciter des sources de financement annexes à vocation solidaire et collective comme les plateformes de crowdfunding.

Un courtier pour négocier

Sur le circuit classique du prêt professionnel, la gamme d’offres proposées aux entreprises est volumineuse et chacune d’elles correspond à des cas bien spécifiques à examiner en amont, ce qui complexifie d’autant leur lisibilité. Pour y voir plus clair dans cet inextricable catalogue et accélérer les démarches, de nombreux candidats font appel à des courtiers en crédit, intermédiaires qualifiés pour monter leur dossier dans le cadre d’un accompagnement personnalisé avant d’aller négocier à leur place auprès d’une banque.

Parmi les différents types de solutions dont peuvent bénéficier les entrepreneurs, citons le prêt amortissable à taux fixe ou variable. Dans cette formule bien connue des particuliers qui acquièrent un logement, la mensualité à rembourser comprend à la fois le capital et les intérêts et s’échelonne dans le temps selon une durée déterminée à l’avance.

Soulager la trésorerie

Autres possibilités : la réserve de crédit qui permet aux entreprises de disposer en permanence d’une certaine somme d’argent pour financer leurs projets et la restructuration de dettes pour alléger leurs charges financières à court terme.

Il existe aussi des crédits de trésorerie accordés pour répondre à un besoin urgent et passager, des opérations d’escompte pour pallier les décalages entre la vente d’une marchandise et son paiement, et le recours au leasing (ou credit-bail) au moyen duquel une entreprise a, contre le versement d’une redevance, la possibilité d’utiliser du matériel sans l’acquérir immédiatement.

Rappelons enfin qu’en avril 2015, le prêt à la création d’entreprise délivré par bpiFrance avait été supprimé au profit d’un renforcement du dispositif de garanties des prêts bancaires pour les jeunes structures de moins de trois ans.