Pas de modifications des aides au logement en France

Syvia PINEL, Ministre du Logement

Mme Sylvia Pinel, ministre du logement, a déclaré qu’il était « prématuré de décider quoi que ce soit » en matière de réforme des aides au logement, et ce deux jours après la parution  d’un rapport préconisant des mesures énergiques en la matière.

« Aujourd’hui, il est prématuré de décider quoi que ce soit », a précisé la ministre du Logement qui a préconisé qu’un groupe de travail constitué de parlementaires « sera formé dès cette semaine » pour travailler sur les Aides personnalisées au logement (APL). « Ils formuleront des propositions, mais ce sujet ne se traite pas en quelques semaines », dit-elle.

Selon Sylvia PINEL, si « la question d’une réforme des APL accession peut se poser », la « situation reste complexe ». Le dispositif de l’APL accession  a été maintenu pour un an pour permettre aux politiques de reprendre ce dossier. Cette aide permet à environ 30.000 ménages modestes par an à devenir propriétaires.

« Pas le moment de modifier des mesures »

« La confiance des Français dans l’immobilier revient progressivement. Ce n’est pas le moment de modifier des mesures », renchérit Sylvia Pinel dans le Journal du Dimanche, rajoutant vouloir éviter que ce soit « mal perçu par nos concitoyens « .

En effet, plusieurs voix s’étaient élevées pour demander une réduction des APL, et une refonte de ce système, qui serait considérer comme contre-productif.

Sur ce point, Prêt Partners (courtier en crédit immobilier et rachat de prêts) rejoint le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l’Inspection générale des finances (IGF) qui ont émis leurs doutes sur les APL.

Les conseillers en financement Prêt Partners considèrent que les aides au logement devraient permettre au plus grand nombre de devenir propriétaire, plutôt que de favoriser la location. Etre propriétaire de son logement c’est avant tout préparer sa retraite et avoir la possibilité de n’avoir plus que très peu de charges fixes pour se loger à la fin de son activité professionnelle.

C’est également se protéger financièrement sur le long terme en se constituant un capital qui pourra servir à faire face à des coups durs le cas échéant en revendant le bien immobilier.