En ce début 2013, les taux d’intérêts sont toujours orientés à la baisse avec des niveaux records de taux fixes obtenus sur les durées longues, et notamment un 3.04% taux fixe sur 300 mois.

Les indices EURIBOR continuent de flirter avec leurs plus bas niveaux historiques. Bref du jamais vu, et donc autant d’opportunités pour les acheteurs d’immobiliers, mais également pour les propriétaires qui ont tout intérêt à étudier l’intérêt d’une renégociation de leurs prêts immobiliers.

En effet, pour qu’une renégociation soit économiquement viable, il faut aux alentours d’1% d’écart entre le taux d’intérêt du prêt initial et le taux du moment. C’est actuellement très souvent le cas. Il peut même s’avérer interessant de renégocoer des emprunts récents qui datent d’à peine plus d’un an… En effet, fin 2011, les taux sur 25 ans dépassaient 4.30% en moyenne à taux fixe, et donc nous avons plus d’ 1 % d’écart, ce qui peut rendre la renégociation avantageuse pour l’emprunteur.

Un renégociation peut ainsi permettre de réduire la durée de remboursement, voir de diminuer les échéances de prêts, mais également d’inclure des crédits immobiliers complémentaires pour des travaux, comme des extensions et des agrandissements comme les conseillers Prêt Partners le constatent régulièrement ces derniers temps.