Les Français épargnent toujours plus…

tirelire, cochon rose

D’après les données de la Banque de France, le taux d’épargne des ménages français a atteint un nouveau record au 1er trimestre 2014, avec un taux de 15.90%.

C’est donc une forte progression de plus de 2% par rapport à la fin de l’année dernière (taux d’épargne de 14.70% au quatrième trimestre 2013), qui place les français à un niveau proche de celui des allemands qui sont les plus épargnants de la zone euro.

Pas forcément une bonne nouvelle

Cette augmentation de l’épargne traduit bien le climat anxiogène dans lequel évolue les ménages français. La peur de l’avenir, les risques de chômage et la crainte que leur situation financière se dégrade à l’avenir poussent les français à constituer des réserves pour faire face à d’éventuelles difficultés futures.

Ce phénomène n’est pas sans conséquence sur la consommation des ménages en France, qui se maintient, mais qui ne progresse pas vraiment depuis le début de l’année. Force donc est de constater que si les français épargnaient moins, ils consommeraient donc un peu plus, et que ce serait bon pour l’activité économique de notre pays.

Pour mémoire, l’ensemble du patrimoine financier brut des français dépasse les 4 000 milliards d’euro, 4 075 milliards pour être précis, en augmentation de presque 90 milliards par rapport à l’année dernière.

Constitution d’épargne = apport financier pour un achat immobilier

L’augmentation de l’épargne des ménages pourrait avoir un avantage au final. En effet, plus d’épargne signifie une plus grande capacité à faire un apport en capital lors d’un achat immobilier. Et donc cela favorisera les futurs propriétaires dans leurs négociations de prêts immobiliers pour leurs futurs achats.

Comme le constatent depuis plus d’un an les conseillers en financement Prêt Partners, courtier en prêt immobilier et restructuration de crédits, il devient de plus en plus nécessaire d’avoir un apport lors de son achat immobilier pour obtenir les meilleures conditions de taux de crédits pour le financement de son projet.

Il est possible de financer sans apport, mais toutes les banques ne le feront pas, et donc les conditions obtenues sans apport sont en générale moins bonnes que celles obtenues avec.