Le 4ième rapport de l’UFF, banque spécialisée en conseil en gestion de patrimoine, nous révèle que les ménages français les plus aisés sont plutôt lucides et pessimistes sur l’avenir de leur politique d’investissement sur cette fin d’année 2012.

L’assurance vie en perte de vitesse…

Cette étude réalisée par l’IFOP auprès de français détenant des valeurs mobilières, de l’assurance vie et ‘un patrimoine immobilier montre que 57% d’entre eux ont modifié leur comportement d’investissement en 2012, contre 51% l’an dernier, et seulement 45% en 2009.

Les principaux arbitrages ont porté sur l’assurance-vie en euros, puisque 57% des personnes interrogées estiment que cet investissement est encore d’actualité, alors qu’ils étaient 73% en 2009 à retenir l’intérêt des contrats d’assurance-vie en euros.

Cette même chute est enregistrée pour l’assurance en unité de compte, et les actions, alors même que le PEA va réaliser une année 2012 des plus remarquables.

L’immobilier tire son épingle du jeu…

Il est à noter que l’immobilier tire son épingle du jeu, et profite du désintérêt  des supports financiers classiques, afin d’investir dans la pierre plus sécurisante et permettant dans le neuf de bénéficier encore de régimes défiscalisants attrayants.

Ceci est d’autant plus vrai que les taux de crédits étant constamment à la baisse depuis plusieurs mois, et qu’ils atteignent leurs plus bas niveaux historiques, il est très avantageux d’emprunter aujourd’hui pour investir dans un marché immobilier morose qui recèle de bonnes affaires.