Les chiffres-clés de l’investissement locatif à Nantes

Le potentiel d’un placement immobilier se mesure à une série d’indices d’ordres économiques et démographiques propres à conditionner l’attractivité du territoire où l’opération est réalisée. Exemple à Nantes.

Chaque année depuis 2012, le Figaro Immobilier et Explorimmoneuf s’associent pour dresser un palmarès de dix grandes villes françaises où la rentabilité d’un investissement locatif semble être la mieux garantie au regard de la compétitivité du marché local, du profil de la demande, de l’environnement fiscal et des perspectives de longue durée en termes de renouvellement démographique et de croissance économique.

L’examen de ces différents critères joue en faveur de Nantes, bien installé sur le podium de ce « Top 10 », derrière Montpellier (1er) mais devant sa rivale bretonne Rennes. Suivent, dans l’ordre, Tours, Toulouse, Angers, Nice, Marseille, Lyon et Bordeaux.

Un territoire en perpétuelle mutation

A quels atouts le chef–lieu de Loire-Atlantique doit-il son attractivité ? A sa position géographique d’abord, qui le place à seulement 1h56 de la capitale (en TGV) « avec l’avantage de la mer toute proche », note l’étude, relayant les propos d’un acteur local de l’immobilier. A sa qualité de vie ensuite, très souvent associée à son image de ville verte qu’elle combine habilement avec de grandes opérations d’urbanisme, reflets de son dynamique économique, depuis le pôle d’affaires Euronantes qui, dans le rayon d’influence d’une gare modernisée, offrira  600 000 m² de bureaux d’ici 2020, jusqu’au site actuel de la Beaujoire où le futur stade YelloPark (40 000 places) accueillera en 2023 et 2024 des matchs de la Coupe du Monde de Rugby et des Jeux Olympiques. Sur l’Ile de Nantes, c’est un nouveau CHU qui se profile à l’horizon 2026 à la faveur d’un programme scientifique beaucoup plus large, celui d’une technopole organisée autour d’un laboratoire de recherche et d’un campus universitaire.

Autant de projets ambitieux qui rejaillissent sur le marché immobilier local et suscitent l’intérêt d’investisseurs « de plus en plus nombreux », désireux de tirer parti d’un placement à fort potentiel: « Si les prix progressent dans l’ancien (2 710 €/m² en moyenne), les valeurs sont aussi en hausse à la location pour les studios (16,1 €/m²) » signale l’enquête. « Les quartiers les plus prisés demeurent le centre-ville, où les niveaux de rentabilité sont de l’ordre de 4 à 5% et les secteurs situés à proximité immédiate ».

Les indicateurs-clés pour investir dans du locatif à Nantes