Le sondage effectué par l’assureur Metlife auprès de 1 192 courtiers spécialisés révèle que les 3/4 des courtiers pensent que la loi Lagarde est un échec sur son volet assurance de prêt, et donc qu’elle n’a pas permis d’augmenter les délégations d’assurance emprunteur en nombre.

3 courtiers sur 4 

En effet, un des volets de la Loi Lagarde voté en juillet 2010 devait faciliter le recours à des assurances de prêts en délégation, c’est à dire des assurances de prêts contractées hors de la banque qui prête les fonds.

 »Nous constatons qu’une grande majorité des emprunteurs ignore l’existence du dispositif de délégation d’assurance » explique le PDG de Metlife, M Joël Farré. Cette méconnaissance serait la principale raison de l’échec de la loi Lagarde.

Par conséquent, le projet de loi  »protection des consommateurs » actuellement en discussion au parlement devrait permettre de corriger les défauts de la loi Lagarde, et donc d’améliorer la concurrence sur le marché des assurances de prêts au profit des futurs emprunteurs.