Grâce à la baisse des taux d’intérêts, l’accession à la propriété dans le neuf n’a baissé que de 6% sur l’année 2012, et que de 1% au dernier trimestre de l’année passée.

L’acquisition pour la résidence principale résiste mieux que le locatif

L’acquisition de la résidence principale dans le neuf résiste donc bien mieux que les investissements à but locatifs dans le neuf, dont les ventes se sont effondrées de 42% au dernier trimestre 2012 (ceci fera l’objet d’une prochaine actualité).

Les promoteurs immobiliers ont donc réagit très vite à cette nouvelle donne, et ont diminué de 30% les mises en chantier et de 17.5% les mise en vente (dont -26% rien qu’au dernier trimestre 2012), comme le rappelle M François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers de France.

Ce dernier indique par ailleurs que  »sur les 2 dernières années, ce sont 40 000 habitations de moins qui ont été construites ».

Cette baisse de volume s’explique également par le renchérissement des coûts de la construction, et de l’entrée en vigueur des nouvelles normes BBC, ce qui empêche une réelle baisse de prix dans le neuf et donc un rapprochement avec la demande des ménages. En effet, les moyens financiers des futurs propriétaires ne progressent guère, et la baisse des taux d’intérêts ne suffit pas à elle seule à permettre aux locataires de devenir propriétaire de leurs résidences principales.