Investissement locatif : Angers réintégré dans Pinel

C’est officiel : le système de défiscalisation applicable aux logements neufs mis en location fait son retour dans l’agglomération. L’Etat l’avait écartée du zonage officiel en janvier 2019.

Les effets négatifs de la suppression de l’outil Pinel conduit l’exécutif à revoir sa copie dans certains territoires. C’est notamment le cas à Angers où la fin de la défiscalisation accordée aux investisseurs immobiliers qui mettent leur bien neuf en location, aurait, selon l’Observatoire du Logement régional Oloma, fait reculer l’offre commerciale de -56% au premier trimestre 2019. Les chiffres, qui attestent du niveau d’activité sur ce même marché urbain avant son retrait du dispositif, sont évocateurs : toujours selon l’Oloma, la part des investisseurs dans le volume global de vente de logements avait grimpé jusqu’à 64% en 2018. C’est que, dans la dernière ligne droite précédant la réforme, les candidats à l’achat avaient afflué pour profiter de l’avantage fiscal voué à la disparition.

Requalification d’Angers en B1

Selon plusieurs sources d’information concordantes issues d’acteurs du logement et du crédit immobilier, Angers va très prochainement profiter d’un réajustement du zonage opéré par le gouvernement, sensible aux voix qui se sont élevées localement. Pour rappel, Pinel avait été recentré en 2018 sur les zones urbaines les plus en tension, celles où la demande locative dépasse de loin l’offre disponible : avaient été maintenues dans le périmètre Paris et ses 29 communes environnantes, les gros secteurs touristiques et les grandes métropoles de plus de 250 000 habitants (dont Nantes et Saint Nazaire où intervient le courtier en crédit immobilier Prêt Partners). Depuis 2019, Angers était répertorié dans une zone non-éligible (B2). Cette situation vient donc de changer à la faveur d’un décret signé par Matignon : une partie de l’agglomération de la capitale angevine, dont sa partie centre, figure désormais sur la liste officielle des villes à requalifier en B1.

Des loyers plafonnés

Les opérations locatives réalisées dans les zones correspondantes réintègrent automatiquement le champ de la défiscalisation, soit des remboursements d’impôts de 12%, 18% ou 21% en fonction de la durée de mise en location du logement neuf (6,9 ou 12 ans). Outre les critères de localisation géographique, plusieurs autres conditions sont toutefois à remplir : l’allégement ne s’applique pas au-delà de 300 000 euros d’investissement et les loyers pratiqués par le bénéficiaire de la mesure sont plafonnés par la loi.

Les élus et professionnels locaux se réjouissent de ce retour dans Pinel : « Il va augmenter et diversifier l’offre de logements disponibles ; permettre à un plus grand nombre d’Angevins d’accéder à la propriété dans le neuf en relevant les plafonds du prêt à taux zéro ; et faciliter le financement des logements sociaux » se félicite la Municipalité.
En général, Pinel s’applique aux habitats dont la construction vient d’être terminée ou se trouve en voie d’achèvement. Le dispositif est également accessible aux biens anciens, sous réserve que leur propriétaire y engage des travaux de rénovation.