Immobilier : Il est encore possible d’emprunter à moins d’1,50% sur 20 ans

Malgré une légère remontée, les meilleurs taux négociés en février par Prêt Partners restent inférieurs à ceux du marché.

Les signaux sont toujours verts pour les emprunteurs immobiliers : au plan national, le niveau moyen des intérêts bancaires mesuré par l’Observatoire mensuel du Crédit Logement/CSA s’établissait en février à 1,47%, une valeur en baisse par rapport à celles de janvier et décembre derniers (respectivement 1,49% et 1,50%).

Emprunter sur 20 ans, une bonne affaire

Sur le terrain local, la dernière grille des taux publiée par Prêt Partners (Angers, Cholet, Saumur, Nantes, Saint-Nazaire, Savenay) confirme cette tendance et atteste que les opportunités à saisir sont nombreuses pour les candidats à l’acquisition : en dépit d’une légère hausse par rapport au mois précédent (+0,19 point), un crédit contracté sur 20 ans reste, dans le meilleur des cas, remboursable à hauteur de 1,32%, un tarif encore très inférieur aux « normales » observées à l’échelle du pays.

Constat identique ou presque sur toutes les durées d’emprunt. : à 15 ans par exemple, l’indice le plus compétitif a beau remonter jusqu’à 1,20% d’intérêts (après 1,10% en janvier), il n’atteint pas la moyenne de référence calculée par l’enquête du Crédit Logement/CSA (1,31%). De même qu’il évolue peu sur 10 ou 12 ans (0,99% et 1%), le coût de la dette immobilière échelonnée sur la période la plus longue (25 ans) se maintient autour d’1,65%, un coefficient stable depuis un semestre.

Les taux directeurs au plancher

Si l’attractivité du prêt immobilier perdure, c’est que les banques continuent à se livrer une concurrence « très vive » afin de compenser un léger ralentissement de la demande, signale l’Observatoire mensuel du Crédit Logement. Une rude compétition qui s’inscrit dans un environnement macro-économique favorable : ainsi, le cours de l’obligation sur lequel les banques se fondent pour déterminer le niveau de leurs taux, conserve-t-il un rythme modéré (0,86% au pointage du 6 mars dernier, après un pic relatif à 1% le 15 février précédent). Autre bonne nouvelle pour les emprunteurs : à l’issue de sa réunion de politique monétaire du 8 mars, la banque centrale européenne a décidé de laisser son principal taux directeur à 0%, une stratégie dont l’objectif vise à encourager les établissements à prêter à bon compte aux ménages et aux entreprises.