Immobilier : l’ensemble des prêts aidés maintenus en 2017

La Loi de Finances votée en décembre 2016 reconduit les principaux dispositifs de soutien aux primo-accédants, dont le prêt à taux zéro déjà élargi l’an dernier à 90% des ménages.

Les professionnels qui redoutaient une restriction des aides allouées au secteur de l’immobilier en 2017, ont dû être soulagés par les orientations prises par la dernière Loi de Finances en matière de logement. Le texte voté par les parlementaires en décembre reconduit en effet la totalité des prêts aidés qui visent à encourager les ménages à investir.

C’est le cas du prêt à taux zéro, dont l’accès a déjà été assoupli l’an dernier grâce à un relèvement des plafonds de ressources et la généralisation du dispositif au parc ancien, y compris dans les grandes villes où le marché est réputé « tendu », comme à Paris, Lyon, Montpellier, Marseille et Lille.

Le PTZ assoupli

Un élargissement qui aurait porté à 90% la part des ménages français éligibles au PTZ, avait signalé en avril 2016 le président de la République lors d’un déplacement sur le thème de l’habitat en Seine-Saint-Denis. Comme son nom l’indique, le prêt à taux zéro permet à ses bénéficiaires de rembourser une partie de leur emprunt immobilier sans en payer les intérêts, jusqu’à 40% du montant de l’opération. Il s’adresse aux ménages modestes ou de classe moyenne disposant, pour un achat à Paris et sa banlieue, d’un revenu inférieur à 37 000 euros si l’acquéreur est célibataire ou à 74 000 euros s’il s’agit d’un couple avec deux enfants. Pour les foyers de quatre personnes, le plafond de revenus monte à 60 000 euros dans les grandes agglomérations françaises (plus de 250 000 habitants) et à 54 000 euros dans les villes plus petites (entre 50 000 et 250 000 habitants).

jusqu’à 30% de réduction d’impôt

Parmi les autres dispositifs maintenus par la Loi de Finances 2017, figure en bonne place le crédit d’impôt pour la transition énergétique, prorogé jusqu’à la fin de l’année en cours. Le CITE, cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro, offre aux contribuables qui engagent dans leur résidence principale des travaux visant à en améliorer la « qualité environnementale » (économies de gaz et d’électricité, isolation thermique, énergies renouvelables) une réduction fiscale équivalente 30% du montant de l’investissement. Prolongée d’un an également : la défiscalisation prévue par le Loi Pinel au bénéfice des propriétaires qui mettent leurs biens en location.