La baisse des taux immobiliers s’est confirmée cet été

Le courtier en crédit Prêt Partners est parvenu à négocier un intérêt record de 1,09% sur vingt ans.

La baisse des taux immobiliers enclenchée au printemps dernier s’est poursuivie en juillet et août, comme l’atteste le baromètre estival réalisé par Prêt Partners : le courtier en crédit, implanté en Loire-Atlantique (Nantes, Saint-Nazaire, Savenay) et en Maine-et-Loire (Angers, Cholet, Saumur) affiche des valeurs en baisse, notamment sur les durées de remboursement les plus sollicitées par les candidats à l’emprunt, soit 1,09% sur vingt ans (-0,06 point par rapport à juin) et 1,29% sur vingt-cinq (-0,08). Ces niveaux d’intérêts, qui résultent des meilleures négociations menées par Prêt Partners auprès des acteurs bancaires restent très inférieurs aux moyennes nationales relevées au cours de la même période (août 2018) sur des contrats à échéances identiques par l’Observatoire Crédit Logement/CSA , soit respectivement 1,42% (vingt ans) et 1,64% (vingt-cinq ans).

Sur les financements les plus courts (dix, douze et quinze ans), les performances enregistrées par le courtier se stabilisent à 0,55%, 0,73% et 0,80% (voir notre infographie ci-contre).

Dans ce contexte très favorable, qu’aucun signal macro-économique ne semble devoir enrayer à moyen terme, le début de l’automne s’annonce comme un bon cru pour les ménages désireux de se lancer dans un projet d’achat de maison ou d’appartement. Particulièrement ciblés par les banques qui cherchent à soutenir le marché et atteindre leur objectif annuel de production d’emprunts immobiliers, les primo-accédants ont leur carte à jouer : pour les meilleurs profils (couple avec deux emplois stables, revenus mensuels nets supérieurs à 5 000 euros, bonne capacité d’épargne et niveau minimal d’apport personnel), la possibilité d’obtenir des décotes supplémentaires sur des taux d’intérêt déjà très bas, est une hypothèse crédible, pour peu qu’ils sollicitent l’intermédiation d’un courtier en crédit immobilier apte à faire valoir leurs atouts et peser en leur faveur dans les discussions.

Des taux bas pour combien de temps ?

L’environnement va-t-il rester aussi avantageux au cours des prochains mois ? Pour l’heure, les principaux indicateurs restent orientés positivement, à commencer par le cours de l’OAT 10 ans (Obligation Assimilables du Trésor) tombé sous la barre de 0,70% le 5 septembre dernier. Or, les banques ont l’habitude de se fonder sur ce référentiel pour ajuster à la hausse ou à la baisse le coût de leurs crédits. Outre cela, l’ensemble des acteurs du marché est suspendu aux décisions de la banque centrale européenne en matière de politique monétaire : beaucoup d’observateurs économiques anticipent pour l’été 2019 un infléchissement de la stratégie inflationniste engagée par Francfort pour encourager les établissements prêteurs à financer les particuliers et les entreprises.