Immobilier : les affaires repartent en Anjou

La baisse historique des taux de crédit a porté la croissance du marché immobilier en Maine-et-Loire (+10% en 2016). Une tendance qui devrait se poursuivre cette année, assure le président de FNAIM 49 (Fédération Nationale de l’Immobilier).

Boostée par les taux bas et les prêts aidés, la reprise de l’immobilier s’est confirmée en Anjou l’an dernier, embellie attestée par les chiffres livrés par le président de la chambre départementale de la FNAIM, Anthony Bernard. Dans un entretien publié par Le Courrier de l’Ouest (édition du 25 mars 2017), cet expert évoque un marché en hausse de +10% par rapport à 2015 sur l’ensemble du territoire du Maine-et-Loire où le volume global des transactions a atteint un « niveau record depuis dix ans ». Tendance qui devrait se poursuivre en 2017, et de façon certaine au premier semestre en raison du maintien de bonnes conditions de financement liées à la très lente évolution des taux d’intérêts, historiquement bas malgré leur légère remontée depuis cinq mois.

Le bilan de la FNAIM s’appuie sur les données fournies par le baromètre des notaires de France, dit Perval. L’état du marché y est décrypté à travers un panorama complet des prix de vente pratiqués en Anjou, à divers échelons de son territoire : département, communauté d’agglomération, communes et quartiers urbains.

Pour les appartements anciens

En Maine-et-Loire, le prix médian s’établissait sur la période comprise entre le 1er septembre et le 30 novembre 2016 à 1 650 euros/m², un niveau en progression de +3,8% sur trois mois, et de +6,4% sur un an. C’est toutefois moins cher qu’en Loire-Atlantique où la même valeur atteint 2 500 euros (+2,4% par rapport à 2015). A Angers, la moyenne s’élève à 1 730 euros, contre 1 150 euros à Cholet, 1 140 euros à Saumur. A titre de comparaison, le montant de la vente grimpe à 2 590 euros à Nantes.

Pour les maisons anciennes

En Anjou les prix oscillent entre 100 000 et 185 000 euros en fonction de la surface du bien et de sa localisation. La médiane s’établit à 142 500 euros à l’échelle du département, mais descend à 120 euros pour les logements anciens de taille moyenne (4 pièces pour 90 m² habitables). Sans surprise, pour le même type de biens, la barre est plus haute à Angers (172 000 euros) et dans sa première couronne où le marché est bien coté (175 000 euros à Bouchemaine, 160 000 euros à Avrillé). Les prix sont plus abordables à Cholet (120 000) et à Saumur (115 000).

Pour les logements neufs

Toujours selon les données Perval, un appartement neuf, de superficie modeste (2-pièces) se négocie autour de 149 000 euros en Maine-et-Loire, une moyenne qui s’élève à 154 000 euros à l’intérieur de la ville d’Angers, et jusqu’à 175 400 euros dans son centre-ville.
Dans l’agglomération, il faut débourser 197 500 euros pour s’offrir une maison neuve de petite superficie (75m², avec quatre pièces).