Financement d’entreprise : Les avantages du crédit-bail

Pour financer un investissement, les entrepreneurs ont la possibilité de recourir au crédit-bail, une solution alternative au prêt bancaire classique.

Après la phase purement administrative de la création d’entreprise, vient l’étape cruciale du financement du matériel ou des véhicules indispensables à l’exercice de l’activité. Pour bénéficier d’une avance de fonds sans faire appel à l’emprunt bancaire classique, les dirigeants peuvent solliciter un crédit-bail auprès d’un organisme prêteur.

Locataire de l’équipement

Souvent préconisée par les courtiers en crédit spécialisés dans le prêt professionnel, cette solution est, comme son nom l’indique,  assortie d’un contrat de location. En cela, le crédit-bail (ou leasing) diffère donc du crédit classique : le débiteur reste en effet locataire du bien matériel qu’il a fait financer. Il en a la pleine jouissance pendant toute la durée du contrat et  s’exonère, au cours de ce laps de temps, de toutes les obligations liées au statut de propriétaire : s’il se doit d’en assurer l’entretien,  il n’a pas à en supporter les charges induites par d’éventuelles réparations.

Une fois l’échéance dépassée, et pour le cas où le contrat préalablement signé avec le bailleur comprendrait  une « option d’achat », l’entreprise a la possibilité d’acquérir le bien à sa valeur résiduelle, autrement dit son coût estimé à la fin de sa période d’utilité.

Loyer déductible de l’impôt

Le crédit-bail présente de nombreux avantages pour les entreprises en phase de création : contrairement à l’emprunt traditionnel, le dispositif n’exige aucun apport financier et couvre jusqu’à 100% du montant total de l’investissement (HT). Le niveau de ses loyers est déductible du bénéfice imposable et la valeur des biens financés par le crédit-bail n’est pas inscrite au bilan de l’entreprise, ce qui permet de réduire le taux apparent de son endettement. A noter toutefois que les charges du crédit doivent être inscrites dans le compte de résultat et son volume d’encours indiqué dans les annexes comptables.

Enfin, si une panne ou une défaillance survient pendant la durée du contrat, le matériel en location doit être remplacé par le bailleur, sans frais supplémentaires. Le montant des charges liées à sa maintenance est également  compris dans le loyer.