La dégringolade des prix de l’immobilier n’a pas eu lieu en 2013

Avec un petit bond dans le passé d’un an, les prévisions d’évolution des prix de l’immobiliers dans l’ancien étaient très pessimistes en début d’année dernière. Certains commentateurs n’hésitaient pas à prédire une baisse des prix de l’ordre de 10% à 15% rien que ça.

Pas de forte baisse de prix, des corrections qui se poursuivent tout au plus

En effet, selon la Fédération Nationale de l’immobilier (FNAIM), les prix de l’immobilier dans l’ancien ont baissé de 2.9% entre 2012 et  2013, avec une réduction de l’ordre de 3% en province contre 2.5% en Ile-de-France.

Les replis les plus significatifs sont donc pour les appartements dont les prix moyens se seraient contractés de 3.5% au plan national, avec une baisse de 3.8% en province contre 3% en Ile-de-France.

Dans le domaine des maisons, les baisses sont moins marquées avec un recul de 2.5% seulement en moyenne en France, avec une baisse de 2.6% en province contre 1.8% en région parisienne.

Il convient donc de constater que les prévisions les plus alarmantes de début 2013 étaient surtout des plus farfelues et ne se sont absolument pas vérifiées dans les faits.  »La grande braderie » de l’immobilier n’a pas eu lieu, et la FNAIM ne la prévoit pas non plus en 2014 puisqu’elle n’envisage qu’une correction à la baisse des prix que de l’ordre de 3% pour cette année.

Avec une baisse de prix de l’ordre de 2.6% en province sur les maisons, cela signifie concrètement qu’une maison d’une valeur de 225 000 euros en 2012 se vendrait aux alentours de 219 000 euros un an plus tard… rien de très significatif non plus.

Ces éléments confortent donc l’idée que le moment pour devenir propriétaire et acheter de l’immobilier est bien choisi. Et qu’espérer une forte baisse des prix, un  »krach » immobilier, semble totalement illusoire. La pierre reste une valeur refuge, et c’est le bon moment pour investir.

De plus, comme le constate régulièrement les conseillers Prêt Partners, courtier en prêts immobiliers et restructuration de crédits, c’est également le bon moment pour emprunter avec des taux d’intérêts qui restent au plus bas et qui permettent des financements immobiliers dans des conditions très avantageuses sur ce début 2014.