L’UFC – Que Choisir épingle les mauvaises pratquent des distributeurs de crédit renouvelable

La loi Lagarde sur les crédits renouvelables, les crédits  »revolving », est entrée en vigueur il y a désormais un an en mai 2011. Cette loi a pour but d’encadrer le distribution des crédits permanents en veillant à une meilleure information de l’emprunteur-consommateur, et en tenant compte de la situation financière des emprunteurs par rapport à leur endettement existant au jour de la contraction du nouveau crédit.

La loi Lagarde prévoit qu’une proposition de crédit renouvelable doit être assortie d’une offre alternative. Hors l’UFC – Que Choisir constate que ce n’est pas fait dans 78% des cas.

De même, l’association de défense des consommateurs estime que dans 85% des cas les organismes prêteurs n’étudient pas sérieusement la solvabilite des clients. Ce qui signifie que plus de 4 crédits  »revolving » sur 5 sont contractés sans connaître le taux d’endettement de l’emprunteur, sans connaître suffisament bien la capacité de remboursement des consommateurs.

Ces résultats étant qualifiés  »d’affligeants », UFC – Que Choisir ne s’interdit pas d’attaquer en justice certains établissements bancaires et distributeurs de crédit renouvelable.

Le regroupement de crédit : une solution face au mal-endettement.

Au vu de ces éléments, il est donc primordial pour les consommateurs de ne pas suivre aveuglement les propositions de crédits renouvelables, bien souvent des crédits à la consommation, sans s’informer suffisament auprès d’autres organismes prêteurs.

Si les conditions d’endettement ne sont pas suffisament connues à l’origine du crédit, cela débouche bien souvent sur du mal-endettement, voir du sur-endettement. Pour faire face à ses situations extrêmes, le regroupement de crédit s’avère une solution permettant de réduire les mensualités de remboursement et donc de redonner de l’oxygène au budget des personnes trop endettées.

Pret Partners travaille avec toutes les grandes banques de restructuration de crédits, et traite en direct, en rencontrant les emprunteurs, de plus en plus de dossiers de regroupement de crédits. Cette solution de  »bon père de famille » permet également de réduire le coût de l’endettement en se sortant de crédits  »revolving » ancienne génération au taux d’intérêts parfois supérieurs à 20%, pour revenir sur des taux d’intérêts normaux pour des crédits à la consommation.