Que ce soit pour monter le dossier et le défendre ensuite auprès des banques, un part croissante des ménages estime qu’il est préférable d’avoir recours à des professionnels, à l’instar des courtiers.

Dans l’esprit de nombreux candidats à l’acquisition, la recherche et la négociation d’un prêt immobilier s’apparentent encore et toujours à un parcours du combattant malgré les opportunités offertes par les taux d’intérêts actuels, historiquement bas. Ce blocage, parfois « psychologique » face à la lourdeur des procédures et l’importance du challenge à relever dans le cadre d’un rapport de force qu’ils jugent par trop souvent déséquilibré avec les banques, ne relève pas d’une idée préconçue : sur le terrain, les difficultés ressenties sont réelles, comme le démontre une récente étude BVA réalisée pour le comparateur de prix Les Furets.com auprès d’un panel de propriétaires ayant conclu un crédit pour financer l’achat d’un logement : un quart des sondés (23%) estime que l’ensemble de l’opération a été « compliqué » pour eux, depuis la demande jusqu’à la signature du contrat avec le prêteur. Une série d’obstacles plus durement franchis par certains profils sociologiques, indique le sondage : les familles nombreuses, à partir de 4 personnes (36%), pour des raisons d’agenda, de disponibilités et de coûts (surface du bien), et les CSP-(ouvrier et employés), pour des motifs qui sont davantage liés à leurs niveaux de revenus.

Conseil et accompagnement d’un courtier en crédit

Dans le détail, les publics qui affirment avoir eu des difficultés à emprunter invoquent, pour 43% d’entre eux, la chronophagie de la paperasserie nécessaire au montage du dossier, le stress généré par la négociation des taux d’intérêts et par l’attente, parfois longue, qui sépare le dépôt de leur candidature et la réponse leur notifiant sa recevabilité.
Pire : 22% affirment avoir été « plutôt ou très mal accompagnés » tout au long du processus.

Comment enrayer ce sentiment et rassurer les candidats dans ce passage décisif qui doit leur permettre d’accéder à la propriété dans les meilleures conditions possibles ? D’après BVA, 15% des sondés privilégieraient l’appui d’un intermédiaire en Opération de Banque et Service de Paiement (IOBSP), statut officiel du courtier en crédit immobilier, véritable trait d’union entre les particuliers et les banques. La mission de ce professionnel certifié ne limite toutefois pas à la négociation du meilleur taux possible et de tarifs d’assurance avantageux : il intervient aussi dans le volet administratif (réunion des pièces obligatoires) et cherche à optimiser, au profit de son client, le plan de financement préalable à la réussite du projet d’acquisition. Outre la gestion globale du dossier, qui représente un important gain de temps et d’argent pour le demandeur, le courtier remplit, à l’égard de ce dernier, une fonction d’écoute et de conseil jusqu’à l’authentification de l’acte définitif de la transaction chez le notaire.