Crédit immobilier : des taux inférieurs à 2% en octobre

Sur les durées d’emprunt les plus courantes, les meilleurs taux négociés par Prêt Partners s’affichent en baisse par rapport à septembre.

Le contexte reste très favorable pour les candidats à la propriété. Le dernier baromètre établi par le courtier en crédit à partir des données recueillies sur l’ensemble de sa zone d’intervention (Angers, Cholet, Saumur, Nantes, Saint-Nazaire, Savenay) rejoint la courbe observée à l’échelle nationale : non seulement le crédit immobilier est peu cher, mais son coût tend même à se rétracter depuis septembre. La remontée des taux, amorcée fin 2016 après une série de records historiques à la baisse, ne s’était pas confirmée l’été dernier, ni au début de cet automne où, à de rares exceptions près, les banques continuent à jouer le jeu de la concurrence, pour le plus grand profit des acquéreurs de biens immobiliers en quête d’un financement attractif.

Un crédit compétitif sur 20 ans

Les meilleurs taux d’intérêt négociés par Prêt Partners dans son baromètre d’octobre, en repli sur l’ensemble des durées de remboursement retenues, confirment la tendance générale du marché : sur les contrats les plus courants, les valeurs sont inférieures à celles du mois précédent, soit 1,15% en fixe sur quinze ans (- 0,14 point par rapport à septembre), 1,20% sur 20 ans (-0,14 point) et 1,65% sur 25 ans (-0,05). A échéance courte, soit 10 ans, le taux le plus compétitif s’établit à 0,85%, également en baisse (-0,15), et à 1% sur douze ans de remboursement.

Selon Prêt Partners, la baisse des taux qui s’est « enclenchée fin septembre et accentuée en octobre » démontre que « les banques restent en situation de forte conquête commerciale… »

Peu d’évolution en vue

Pour l’heure, aucun indicateur macro-économique ne laisse entrevoir un retournement de situation à même d’entraîner une brusque envolée du prix du crédit : le cours de l’OAT 10 ans (Obligation Assimilable du Trésor), un des principaux marqueurs financiers auxquels les banques se réfèrent pour fixer leurs taux, est toujours bas à 0,76% (au 25 octobre), loin du pic hivernal qu’il avait atteint en mars 2017 (1,2%). Le marché monétaire ensuite, dopé par des taux directeurs maintenus à leur niveau plancher par la BCE de Francfort, encourage les banques à prêter à bon compte aux entreprises et aux ménages.