Crédit immobilier : nouvelle baisse des taux sur 20 ans

Le dernier baromètre Prêt Partners confirme l’attractivité actuelle des conditions d’emprunt sur la totalité des durées de remboursement négociées par le courtier en Anjou et en Loire-Atlantique.

Sans surprise, la courbe des taux immobiliers qui se dessine en juin confirme une tendance amorcée depuis déjà plusieurs mois sur le marché de l’emprunt, celle d’un repli lent mais certain des principaux indices sous l’effet d’un concurrence bancaire accrue, particulièrement perceptible en France : quelle que soit la durée des contrats de crédit, les tarifs pratiqués décélèrent et s’orientent en baisse assez nette par rapport à leurs niveaux enregistrés un an auparavant, soit, dans le meilleur des cas, un intérêt facturé aujourd’hui à hauteur d’1,18% pour un crédit échelonné sur 20 ans, contre 1,62% sur le même produit en avril 2017 (voir infographie ci-contre).

Détente en vue sur les prix de l’immobilier

A douze mois d’intervalle, les taux de remboursement négociés sur 15 et 25 ans reculent de manière tout aussi significative à respectivement 0,99% (contre 1,20%) et 1,42% (contre 1,79%) dans un contexte où le prix de la pierre tend à ralentir après la surchauffe ressentie en 2017 sur les marchés « en tension » des grandes métropoles.

Les bons signaux relayés localement par le réseau Prêt Partners, courtier à Nantes, Saint-Nazaire, Savenay, Angers, Cholet et Saumur, répondent aux résultats inscrits dans les grands pointages nationaux, ceux qu’effectuent notamment l’Observatoire Crédit Logement/CSA dont les dernières mesures font passer la moyenne brute du taux d’emprunt immobilier à 1,46%, en baisse continue depuis août 2017 (1,57%) et très en-dessous de son dernier « pic » atteint en octobre 2015 (2,23%).

Les taux réels au plus bas depuis près de 20 ans

Autre signe positif pour les candidats à l’acquisition, les taux réels, qui représentent la valeur d’un prêt diminuée de l’inflation, « n’ont jamais été aussi faibles depuis le début des années 2000 » note l’Observatoire. Un effet d’aubaine lié à l’accélération des prix à la consommation, évaluée en glissement annuel à +2% en mai dernier (après +1,6% en avril). Dans ce contexte favorable, le moteur à crédits, dopé par la politique monétaire accommodante conduite en zone euro sous l’égide de la banque centrale de Francfort, devrait tourner à plein régime au moins jusqu’à la fin de l’année et continuer à servir les « intérêts » des emprunteurs immobiliers.