Le Crédit Immobilier de France a du mal à se vendre.

Le Crédit Immobilier de France (CIF) est en vente, et peine à trouver un acheteur.

Le CIF cherche un acheteur depuis plus d’un mois en France sans succès suite aux refus successifs des banques privées sollicitées, y compris BNP Paribas et Banque Populaire qui avaient été intéressées par cette acquisition en 2005 et 2007 respectivement.

Le mois dernier, Le CIF avait eu recours à la banque HSBC qui avait été mandatée pour trouver un acheteur. Le souhait d’être racheté avait été motivé par les difficultés de refinancement éprouvées par le CIF provenant de la menace de l’agence de notation Moody’s Investors Service d’abaisser la note du CIF de 4 crans.

La Banque Postale intéressée sous la pression de l’Etat.

L’Etat a su convaincre la Banque Postale de travailler sur le rachat du CIF, qui est contraint de s’adosser à un autre établissement financier faute de certification de ses comptes, comme le rappelle le quotidien Les Echos dans son numéro du vendredi 1er juin.

La Banque Postale pourrait par cette acquisition quasiment doublée son encours qui passerait de 41 à 75 milliards d’euros.

Ce rachat, s’il devait se confirmer, verrait donc une enseigne spécialisée du prêt immobilier rejoindre le groupe Banque Postale qui se diversifie dans tous les métiers de la banque à marche forçée. Ce rapprochement pourrait permettre au CIF de reprendre son souffle, et ainsi  lui permettre le cas échéant de revoir ses différents types de prêts pour revenir dans la course sur le marché très concurrentiel du crédit immobilier.

En effet, Prêt Partners, travaillant avec toutes les banques, a une convention avec le CIF.  Ce nouveau souffle que pourrait insuffler ce rachat permettrait donc éventuellement de refaire vivre un partenariat qui est en perte de vitesse ces derniers temps.

Les conditions de taux d’intérêts proposées par les autres partenaires de Prêt Partners ont permis de sélectionner, de négocier pour la clientèle des différentes agences Prêt Partners les meilleurs de taux de crédit du marché, mais également les meilleures assurances de prêt avec les autres partenaires de Prêt Partners,  ce qui a eu pour conséquence de réduire très fortement le nombre de dossiers traités avec le CIF ces dernières années.