Crédit immobilier : des taux en-dessous du marché avec Prêt Partners

Entre 0,99% et 1,25% sur vingt ans : les intérêts les plus récents négociés par Prêt Partners en Loire-Atlantique et en Anjou affichent des niveaux d’attractivité record, inférieurs aux valeurs observées à l’échelle nationale.

Depuis le début de l’année 2019, le constat se confirme de pointages en pointages, mois après mois : le coût du crédit immobilier reste orienté à la baisse et rejoint, sur les durées de remboursement les plus courantes, les taux ultra-compétitifs enregistrés au cours du second semestre 2016.

Des conditions d’emprunt assouplies

Comparaison n’est certes pas toujours raison et le parallèle entre ces deux périodes est à relativiser à l’aune des prix du logement, qui ont beaucoup évolué depuis trois ans (surtout dans les grandes villes), combinés aux nouvelles conditions d’emprunt offertes par le réseau bancaire, marquées par un allongement des contrats et des exigences moindres en matière d’apport personnel.

Malgré une légère remontée observée d’avril à mai, les meilleurs indices compilés dans le dernier baromètre de Prêt Partners, courtier à Angers, Saumur, Cholet, Nantes et Saint-Nazaire, s’inscrivent toujours sous la barre des grandes moyennes nationales: sur 15 ans, l’intérêt de référence obtenu par l’enseigne locale sur son périmètre d’intervention partagé en Loire-Atlantique et Anjou, s’établit à 1,20%, taux qui descend à 0,95% pour les dossiers qui présentent d’excellentes garanties.

Les prêts s’allongent au-delà de 25 ans

Les prêts conclus sur 20 ans correspondent à un barème compris entre 0,99% (dans le meilleur des cas) à 1,25%. Pour les durées d’emprunt plus longues, formules de plus en plus accordées par les banques pour lisser l’impact de la hausse des prix immobiliers dans les zones urbaines en tension et y accroître la solvabilité des candidats à l’achat, certains crédits échelonnés sur 25 ans ont été facturés entre 1,23% et 1,35% après l’intervention de Prêt Partners, soit un repli respectif de 14 et 5 points de base par rapport à la précédente grille de performance.

Selon les dernières données livrées par l’Observatoire du Crédit Logement/CSA, près des 30% des financements bancaires déloqués en mai sur le marché de l’accession, étaient remboursables dans un délai de 20 à 25 ans, un chiffre à peu près stable depuis 2016. En revanche, au cours de cette même période, la part des contrats prévoyant des modalités d’endettement à rallonge (de 25 à 30 ans) a fortement progressé, au point de concentrer aujourd’hui 41,4% de la production contre 21% trois ans auparavant.