Dans la série des mesures de soutiens  au secteur de l’immobilier annoncées par le gouvernement, la réduction d’impôt « Duflot » pourrait passer de 18% à 21% si l’investisseur bailleur s’engage à détenir le bien 12 ans, soit 3 années de plus que la durée initiale de 9 ans.

Comme nous le rappelions dans notre actualité Prêt Partners du 24 juin dernier, le dispositif Duflot va permettre aux investisseurs qui achètent un bien neuf destiné à la location de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18% du montant de l’investissement sur 9 ans, soit l’équivalent de 2% par an, avec un investissement maximum de 300 000 € annuel. Les loyers seront plafonnés, ainsi que les ressources des locataires (les montants différent selon les zones B1 et B2 que nous retrouvons dans le Grand Ouest).

Mme Sylvia PINEL, ministre du Logement, annonce une évolution pour le 1er octobre prochain : « L’investisseur sera désormais incité à maintenir son logement dans ce dispositif pour une durée plus longue de 12 ans »,  « en contrepartie [d’une réduction d’impôt] supplémentaire de 3% du prix d’acquisition », soit 21% au lieu de 18% au final.

Sylvia PINEL souhaite que cette disposition soit « optionnelle » pour le futur investisseur. Ce dernier pourra toujours opter pour une réduction d’impôt « Duflot » de 18% sur 9 ans comme actuellement.

Il conviendra également que le ministère précise si cette option pour 21% de réduction d’impôt se calculera sur les 9 premières années (c’est à dire l’équivalent d’une réduction d’impôt de 2.33% par an sur 9 ans), ou s’étalera sur les 12 ans ( soit une réduction d’impôt de1.75% par année sur 12 ans), ce qui serait moins efficace pour l’investisseur que la situation actuelle qui permet de déduire 18% sur 9 ans, soit l’équivalent de 2% de réduction d’impôt par année.

Les grandes métropoles nationales bénéficieraient d’un allègement des critères

Le gouvernement souhaite également « développer l’investissement locatif dans les villes où les loyers sont chers ». Pour ce faire, le gouvernement envisage de revoir le zonage. Lille, Lyon et Marseille pourraient passées de la zone B1 en zone A en octobre prochain, comme d’autres « métropoles » afin de « mieux prendre en compte la réalité de la tension du marché ».

Cette disposition serait donc de bonne augure pour relancer le marché locatif dans le neuf, et pourrait ainsi permettre aux investisseurs de s’intéresser de nouveau au dispositif « Duflot » qui est en l’état efficace pour investir. Les conseillers en financement Prêt Partners négocient régulièrement des financements pour l’acquisition de ce type de bien, et permettre aux investisseurs d’obtenir les meilleurs conditions de taux d’intérêts pour leurs crédits immobiliers, et des assurances de prêts adaptées à ce type d’opération.

Prêt Partners, courtier en prêt immobilier et regroupement de crédits, est également en mesure de réaliser des simulations de crédits et d’investissements précises afin de bien aborder toutes les conséquences d’un achat « Duflot », et en particulier l’impact des futurs revenus fonciers (loyers) sur le niveau d’impôt sur le revenu global.