Le Crédit Immobilier de France (CIF) continue de dégager des résultats positifs en 2012, avec un bénéfice de 34 millions d’euros, d’après le communiqué du CIF de début avril. Le produit net bancaire n’aurait baissé que de 2% en 2012 par rapport à l’année précédente, et le CIF a produit 3.16 milliards de prêts sur l’année dernière.

François Morlat, nouveau directeur général depuis janvier, déclare : »Ce sont des éléments qui rendent d’autant plus paradoxale notre situation : d’un côté nous sommes liés à une garantie, qui fait que le groupe CIF est dans un processus de résolution ordonnée, mais nos coeurs de métier sont fondamentalement sains. »  » Notre situation a été stabilisée à plusieurs titres » poursuit-il.

Des règles plus strictes, mais une volonté de prêter…

Certes, le CIF a revu ses critères d’octroi de prêt en réduisant ses durées sur 20 ans maximum, et avec un taux d’endettement global ne pouvant dépasser 33% des revenus des emprunteurs. Ceci dit leur dernière grille de taux est tout à fait compétitive, surtout pour les durées courtes (avec un taux fixe à 2.50% sur 10 ans par exemple).

De ce fait, les conseillers Prêt Partners, courtier en prêt immobilier et restructuration de crédits, voient d’un bon oeil la volonté du CIF de continuer de prêter, surtout pour aider les titulaires de prêts immobiliers à renégocier leurs crédits en cours pour bénéficier de taux d’intérêts compétitifs, et donc faire un maximum d’économie, sans avoir à changer de banques au final.