Mario DRAGHI (photo) Président de la Banque Centrale Européenne (BCE) a dévoilé une série de mesure pour soutenir l’économie européenne et surtout pour relancer l’inflation, et tenter d’écarter les risques de déflation qui pèsent sur la zone euro.

Ces mesures sont des mesures de grandes ampleurs, qui ont même surprise, ce qui a rassuré les marchés financiers dans un premier temps. Mais cela donne également l’impression que le BCE tire ses dernières cartouches.

Le principal taux directeur de la BCE à 0%

C’est  l’ensemble de ses taux directeurs que le conseil des gouverneurs a décidé de réduire. Et la BCE aurait la possibilité de poursuivre cette baisse, a assuré Mario Draghi, car les prévisions de croissance et d’inflation pour 2016 et 2017 ne sont pas bonnes et plus faibles qu’espérées.

Egalement, la BCE va accélérer son programme de rachat de dettes, jusqu’à 80 milliards d’euros de titres chaque mois, contre 60 milliards actuellement, et pendant toute l’année à venir si nécessaire. Les titres éligibles au rachat de dettes a été revue et élargie pour englober des obligations d’entreprises de la zone euro.

 « Nous ne sommes pas à court de munitions »

De nouveaux prêts pour les banques seront largement octroyés. L’objectif est  toujours de pousser les établissements bancaires  à faire plus de crédits, et ainsi faire circuler le maximum d’argent, pour relancer la consommation et l’économie en général.

« Nous avons montré que nous ne sommes pas à court de munitions », a insisté Mario Draghi, précisant que « l’écrasante majorité » du conseil des gouverneurs avait voté les mesures. Il voit dans ce soutien la preuve de la « volonté » de la BCE de lutter efficacement contre l’inflation trop faible.

Ceci dit, tous les observateurs n’étaient pas convaincus par l’efficacité de ses mesures. « C’était le maximum que la BCE puisse faire, mais cela ne suffira pas à lever les doutes sur l’impact de ces mesures », précisait Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Pour  d’autres, comme Jonathan Loynes, de Capital Economics, la BCE va mettre en place « un panaché de mesures plus audacieuses que ce que la plupart des observateurs attendaient » et rajoute-t-il « La BCE a finalement tenu ses promesses …. mais elle ne peut pas faire des miracles. »

Pour les conseillers Prêt Partners, courtier en crédit immobilier, financement professionnel et rachat de crédits, les décisions de la BCE sont de bonnes mesures car cela va se traduire par une baisse des taux intérêts des prêts immobiliers. Même si ces derniers sont déjà très faibles, tous les gains en la matière sont bon à prendre.

En effet, cela va inciter les futurs propriétaires à se ré-intéresser à l’immobilier, et donc les pousser à concrétiser leurs projets d’achats car la conjoncture financière est plus que favorable avec le nouveau Prêt à Taux Zéro pour les primo-accédants, des taux d’intérêts au plus bas et des prix dans l’immobilier qui ne remontent pas encore… donc c’est le moment d’acheter !!