En théorie, le calendrier mis en place par le gouvernement prévoit une suppression du dispositif sur le marché du neuf dès l’an prochain à Cholet et Saumur. Mais les professionnels du logement sont montés au créneau pour obtenir du ministère concerné une prolongation de l’aide, tous territoires confondus.

Combien de temps reste-t-il pour contracter un PTZ dans sa configuration actuelle ? Après une première réforme intervenue en 2018, qui s’est traduite par le maintien du dispositif dans les zones B et C (villes de moins de 150 000 habitants et communes rurales, dont Cholet et Saumur) mais sous une formule moins avantageuse qu’auparavant pour les achats dans l’immobilier neuf, le fameux prêt bonifié applicable à ce marché pourrait totalement disparaître après le 31 décembre 2019 dans ces deux bassins urbains du Maine-et-Loire. C’est du moins ce que prévoyait, lors de son entrée en vigueur, le calendrier défini par l’Etat qui invoque des motifs budgétaires pour justifier cette réduction de périmètre. Sauf qu’aujourd’hui, les professionnels du secteur établissent un lien direct entre le coup de rabot opéré sur le prêt à taux zéro et la baisse du nombre de permis de construire recensés dans les territoires depuis un an (-42 000 entre juin 2018 et mai 2019, selon le service ministériel de la donnée et des études statistiques). Un argument-massue sur lequel les entreprises du bâtiment et l’immobilier (et leurs instances représentatives) comptent bien s’appuyer pour convaincre le gouvernement de proroger l’aide telle qu’elle est déployée actuellement partout en France.

20% du budget d’achat à 0% d’intérêt

Concrètement, le PTZ, prêt intéressant à plus d’un titre puisqu’il exonère une partie de l’achat immobilier du paiement d’intérêts bancaires, est délivré sous conditions de ressources dans toutes les typologies de territoires. L’ampleur de son bénéficie varie toutefois d’une ville à l’autre : la part de financement à taux zéro atteint 40% du prix d’acquisition dans les grandes agglomérations (Nantes, Saint-Nazaire par exemple), et seulement 20% dans les communes beaucoup plus petites répertoriées en zone B2 (Cholet) ou C (Saumur). On l’a dit, ces deux dernières catégories seraient, en l’état actuel de la réforme, exclues du dispositif après le 31 décembre 2019. Mais rien n’est encore sûr, la décision finale étant suspendue aux négociations actuelles menées entre les acteurs économiques et le ministère concerné, en lien direct avec Matignon.
Le cas d’Angers est particulier : la capitale du Maine-et-Loire, requalifiée en zone B1 le 6 juillet dernier, profitera au moins jusqu’en 2021 d’un PTZ intégral avec une quotité de 40%.
Rappelons enfin que depuis janvier 2016, l’immobilier ancien est éligible au prêt à taux zéro à condition que les candidats à l’achat du logement concerné s’engagent à y réaliser des travaux à hauteur de 25% du coût total de l’opération. Quelle que soit l’issue des discussions en cours, cet avantage sera reconduit en 2020 dans les secteurs B2 et C.