Angers, bonne surprise du classement des villes où il fait bon investir

Le chef-lieu de Maine-et-Loire fait une entrée remarquée au palmarès publié par Le Figaro Immobilier avec l’expertise d’Explorimmoneuf.

Où est-il intéressant d’acheter un logement en 2018 ? D’après les nombreux critères qualitatifs établis par les auteurs de l’étude, deux villes de la région Pays de la Loire ressortent parmi les dix marchés les plus attractifs de France: Il s’agit de Nantes, habitué du classement, qui pointe en deuxième position, et d’Angers, surprenant 6ème. Le résultat est d’autant plus significatif pour la capitale du Maine-et-Loire que son nom n’était apparu dans aucun des six précédents « Top Ten » dévoilés par Le Figaro Immobilier et Explorimmoneuf. En quoi la donne a –t-elle changé depuis 2011  ?

Des chantiers d’envergure

A partir d’indicateurs économiques, démographiques et immobiliers, l’étude annonce qu’Angers, ville universitaire assise sur un remarquable patrimoine historique et réputée pour sa spécialisation dans le domaine du végétal, amorce aujourd’hui « le virage de la modernité ». Un développement en accéléré qui prend forme à travers une série de grands projets urbains engagés sur son territoire : « la restructuration des berges de Maine, une deuxième ligne de tramway à l’horizon 2022 et l’édification d’un quartier d’affaires de 300 emplois et 70 000m² de bureaux à proximité de la gare Saint-Laud ». A ces éléments de structure purement visuels s’ajoutent depuis 2015 le bénéfice d’une image médiatique revalorisée par la présence d’une équipe professionnelle de football au sein du championnat d’élite (Ligue 1).

Des prix modérés

Sur le terrain de l’immobilier, la ville affiche une moyenne de prix « extrêmement raisonnable » estimée par les notaires locaux à 1 810 €/m², avec d’évidentes et inévitables disparités selon les zones résidentielles prospectées. Les rendements les plus intéressants sont à chercher du côté de la gare (place de la Visitation, Lafayette-Eblé), Saint-Serge (en pleine réhabilitation), mais aussi dans des quartiers moins centraux, comme les périmètres Saint-Léonard/Madeleine et Capucins-Verneau. Dans ce dernier ensemble périphérique, rebaptisé il y a une dizaine d’années « Hauts de Saint-Aubin », plus de 400 nouveaux logements ont émergé autour d’une structure de loisirs (Aqua Vita) et à proximité du parc d’attraction Terra Botanica dédié à l’univers du végétal (260 000 visiteurs en 2017).
Dans l’ancien, le centre-ville reste « incontournable » avec une valorisation moyenne de 2 100€/m². Enfin, les revenus locatifs tirés d’un studio ou d’un T2 s’échelonneraient entre 10 et 13 euros/m².