Selon le site spécialisé dans l’immobilier SeLoger.com, le gain net perçu par un propriétaire y atteint 5,8% en moyenne, un « point haut » sur le territoire national.

Angers, déjà couronné à plusieurs reprises pour le « bien-être » qu’il offre à ses habitants, est-il aussi le paradis des investisseurs immobiliers ? C’est en tout cas ce que laisse supposer une étude menée cet automne par le site spécialisé SeLoger.com : la capitale de Maine-et-Loire s’y distingue comme la ville française où le rendement locatif « moyen » est le plus haut, avec un taux positif estimé à 5,8%. Derrière elle, Villeurbanne (4,9 %), Rennes (4,3 %), Nantes (4,1 %) et Lyon (3,6 %) ne font pas mieux.

Un résultat d’autant plus probant et réaliste qu’il se fonde sur une série de critères qui permettent d’aboutir à une valeur « nette » : le baromètre réalisé par SeLoger.com prend notamment en compte le montant d’acquisition du bien concerné et celui des loyers encaissés par le bailleur, duquel sont déduites les charges afférentes à la gestion et l’entretien du logement (travaux éventuels, impôts locaux, coûts administratifs, frais de copropriété). Le potentiel du placement immobilier y est encore affiné par l’ajout d’autres déterminants plus virtuels, comme l’évolution supposée des tarifs des loyers au regard du marché et de l’inflation, l’ampleur des plus-values à réaliser à la revente en fonction de la courbe des prix de la pierre, et le risque de vacance locative rapporté au volume, au profil et à la pérennité de la demande sur le long terme.

Forte demande locative

Sur ces trois derniers points, Angers jouit de perspectives prometteuses pour les propriétaires qui souhaitent rentabiliser leur investissement: « La moyenne des loyers pratiqués en vide ou en meublé augmentent de +10,5% sur un an pour atteindre aujourd’hui 12 euros par m² (hors charges) » indique SeLoger.com. Le coût d’achat d’un logement est également plus cher que l’an dernier, avec une hausse estimée à +9%, certes tempéré par l’attractivité actuelle des taux d’intérêt immobilier et l’assouplissement des conditions d’accès au crédit. Quant au risque de vacance locative, il est quasi-nul, en raison notamment de la forte demande étudiante (+ de 40 000) : à preuve, le délai moyen entre la mise en location d’un logement et la signature d’un bail ne dépasserait pas 30 jours à Angers.
A l’appui de tous ces éléments, SeLoger oriente les candidats à la réalisation d’un investissement locatif vers les T2, un type de bien qui concentre « 42 % des recherches ». A privilégier également, les surfaces de 50 à 74 m² (24% des requêtes). Le budget correspondant à cette catégorie d’offre est estimé, par l’auteur du baromètre, à 117 200 € minimum.